« Un gentleman, c’est celui qui est capable de décrire Sophia Loren sans faire de geste », disait Michel Audiard, dialoguiste de renom, né le 15 mai 1920. Sans savoir, peut-être, que son benjamin Richard Avedon, né lui aussi un 15 mai, mais en 1923, photographe à la réputation toute aussi prestigieuse, dans un autre registre, aurait la joie, l’honneur et l’avantage d’immortaliser cette grande actrice. Montrant qu’une image peut aussi remplacer beaucoup de gestes.

« Un portrait n’est pas une ressemblance. Dès lors qu’une émotion ou qu’un fait est traduit en photo, il cesse d’être un fait pour devenir une opinion. L’inexactitude n’existe pas en photographie. Toutes les photos sont exactes. Aucune d’elles n’est la vérité« , disait-il, fort justement.

Alors, pour lui rendre hommage, quoi de mieux que de lui dédié un portrait en noir et blanc, son domaine de prédilection, avec la complicité d’Isabelle, mon premier modèle, née aussi début mai.