STUDI’OSENT : Poser pour le fun (1)

Aya

AYA – « Je suis, ronde, j’assume, et je veux montrer que la beauté se trouve en toutes formes ». Tel est le crédo d’Aya, quadra décomplexée, qui n’a pas hésité à se présenter à une élection de Miss Curvy, pas plus qu’elle ne recule devant un objectif. Passionnée de photo…au point qu’elle apparait pour certains comme une « boulimique de l’image, elle se sert à l’envie de son corps, de son sourire et de sa gentillesse comme d’un étendard flamboyant pour défendre sa cause.Toutes les femmes sont photogéniques, quand le photographe sait révéler en elle leur beauté. Elle le prouve à loisirs, repoussant à chaque séance les limites de ce qu’elle ose faire. Nul doute que toutes les femmes lui en seront reconnaissantes.

CINDY – « Plus tard, je ferais des photos, comme Audrey ». A 13 ans et demi, assise à côté de moi à la table du mariage d’Audrey, Cindy n’en démord pas. Plus tard, elle fera des photos, malgré tout ce qui peut être dit pour la décourager. Une ambition tenace, puisqu’elle viendra pour la première fois au studio peu de temps après ses 16 ans. Et qu’elle y revient toujours, à chaque fois qu’elle peut, bien qu’elle soit éloignée et mère de famille.

Isabelle

ISABELLE – Que dire de celle qui fut mon premier modèle, partageant mes folies en studio et ignorant les fautes du débutant ? Beaucoup et peu à la fois. Sinon que plus de 25 ans après, le contact n’est pas perdu, que les souvenirs sont toujours là. Et qu’elle est revenue récemment dans le studio avec sa fille pour participer au projet Ethnik’Art. En promettant de revenir pour un autre projet.

Lucia

LUCIA – Elle aime le sexy, adore la lingerie, et n’hésitait pas à poser topless quand le photographe lui proposait un vrai projet artistique. Après une première séance en drapé, un univers pour elle encore inconnu, elle est revenue pour incarner une Odalisque, un projet qui me tenait à coeur. Et pour lequel elle fit même un peu plus que la coutume, en toute confiance, et sous le regard de son compagnon, son accompagnateur habituel. Cette odalisque à la façon des peintres du XIXe siècle est désormais une référence pour présenter le thème, et montrer une nudité sage. Elle est revenue ensuite pour faire la pin-up.

Sybille

SYBILLE – Elle aime autant poser que faire poser les autres. Cette quadra bien dans sa peau adore même faire une chose peu banale : donner de sa personne pour apprendre les styles et les poses, expérience qu’elle utilise ensuite pour diriger ses propres modèles. Depuis, elle revient régulièrement dans le studio, pour de nouvelles découvertes, souvent avec son « binôme » Aya, qui me l’a fait connaître.

Véronika

VERONIKA – « Accepteriez-vous de faire des photos de danse ? », me demande un jour Violène, qui pratiquait cet art à ses heures perdues. « Pourquoi pas, si les danseuses acceptent de poser pour moi ensuite… ». L’accord est vite conclu, le message passé, et Véronika arrive un jour dans mon studio, accompagnée de deux collègues, un danseur et une danseuse. Le but est de faire des images qui serviront à la promotion des cours de danse, principalement la salsa, qu’ils doivent proposer tous les trois à la rentrée. Les photos seront fournies.. mais les deux autres se défilent, et seule Véronika accepte le « deal » : revenir pour une séance de portrait (et plus) en studio…bien qu’elle estime ne pas être « photogénique ».
La première séance sera pour elle un « déclic » et elle se prendra au jeu, revenant plusieurs fois, montrant ainsi que sa profession initiale de coiffeuse, tout autant que son esprit généreux (elle s’investit régulièrement dans des oeuvres caritatives) sont largement doublés d’un vrai sens artistique. Elle proposera ainsi de faire une séance en « drapés » des plus originales, à son idée.

Et elle est revenue en 2018 pour créer le projet Ethnik’Art !