INSOLITE : Humour et contes de fées au village !

Dans les Deux-Sèvres, à Hérisson, le Nombril du monde ne manque pas de piquant et ne s’en laisse pas conter. Grâce à Yannick Jaulin, un artiste aussi créatif que Charly Saubestre, qui veut faire de Graçay, dans le Cher, « le village le plus drôle du monde ».

L’humour n’a pas de frontières, et parfois peu de distance à parcourir pour trouver des points de chute accueillants. Ainsi, en notre beau pays de France, n’y-a-t-il même pas 222 kilomètres à parcourir pour relier deux villages qui pourraient être ignorés de tous, voire désertifiés, si quelques artistes originaires des lieux n’en avaient décidé autrement.
Le premier, Hérisson, à l’ouest de Parthenay (79), s’affiche tout simplement comme « Le Nombril du Monde ». Et le second, Graçay, au sud-ouest de Vierzon (18), affirme être « le Village le plus drôle du monde ». Y-aurait-il corrélation, concertation, voire complot insoupçonné, entre Yannick Jaulin, initiateur du premier projet, et Charly Saubestre, dit Charli, animateur incontournable du second ? Nul ne sait sinon, peut-être, et c’est à prendre en conte, une fée anonyme, descendante de la poitevine Mélusine, émigrée dans la forêt berrichonne. Mais qu’importe, après-tout, tant que cela plait aux chalands.

L’imagination au pouvoir
Après avoir baroudé des années, nous indique la commère Interneta, « Charly Saubestre, enfant du pays, est venu vivre à Graçay, dans le Berry, il y a une dizaine d’années. Dans cette commune un peu isolée du Cher, les élus œuvrent depuis presque 20 ans pour stopper l’hémorragie démographique, continue depuis la Seconde Guerre mondiale ». Et ce n’est semble-t-il pas la présence du Musée de la Photographie, troisième musée photographique de France, qui semble contribuer suffisamment à redorer le blason, malgré l’extrême richesse de son patrimoine. Alors, que faire, face à la disparition régulière des moindres commerces de ce village de moins de 1500 habitants ? Peut-être leur donner un aspect insolite, détourné de leur usage habituel…
Voilà une idée qui est bonne…et qui a peut-être germé sous une forme cousine, quelques années plus tôt, dans la région voisine, à l’ouest de Parthenay, capitale européenne du jeu de société (1). Là-bas, à Hérisson, il y a une église et un vieux château qui n’attendent que des financements pour être réhabilités, quelques bâtisses rurales, et pas grand-chose d’autre, jusqu’à l’arrivée dans la commune de Yannick Jaulin. Conteur de son état, celui-ci prospecte incognito, souvent les nuits de pleine lune (parait-il), et retrouve les traces d’un américain, implanté là après la seconde guerre mondiale (John Barney Fergusson), et qui y aurait décelé le Nombril du monde. Pas moins. Voilà qui méritait de porter la découverte au grand jour, à grand renfort de communication, de programmations estivales artistiques éclectiques, et d’implantation sur le territoire, au fil des rues, d’un parcours énigmatique conduisant au fameux jardin des contes. Place du Nombril du monde, bien entendu.
Des animations insolites
Tiens, justement, n’est-ce pas aussi un parcours insolite qu’à mis en place, avec la grande complicité de l’office de tourisme, l’impayable Charli, à Graçay, depuis 2014 ? Un parcours, excusé du peu, inauguré par la Maria Bodin, amie de 30 ans du sieur Bibi, excusez-du peu.
En cet été 2018, ces deux villages jouent sur la programmation régulière, avec quelques points forts, sans pour autant se regarder le nombril (quoi que) mais plutôt pour inciter à se tordre les boyaux. Quand les visiteurs en ont assez de jouer les promeneurs pour découvrir les rues de ces deux villages, plan à la main et surprises à tous les coins de rues, entre boites à énigmes pour le premier et vitrines insolites pour le second, ils peuvent s’attarder sur les programmations culturelles (Chloé Lacan, etc.), célébrer la journée mondiale du Nombril ou le Mystère de Saint-Pou en Gâtine ou participer aux spectacles donnés au théâtre Mégallo-romain en Berry, et surtout se payer une bonne tranche de rêve et de rigolade, de mystère et de dérision, dans une ambiance absolument familiale, et fondamentalement réjouissante, ce qui est bien le principal.
Mais, il y a quand même un petit doute qui subsiste après avoir visité ces deux villages, nonobstant le fait de savoir s’ils sont pour autant réellement revitalisés. Sur la route entre les deux, en faisant à peine un petit détour, existe le village du nom de Montrésor (37). Si jamais un artiste inspiré par ces deux là voulait amener son grain de sel et lui donner une identité particulière, oserait-il y enfanter « L’origine du Monde » ?
Voilà qui ne manquerait certainement pas d’interpeller les héritiers du peintre Courbet, certes, mais aussi de donner naissance à quelques propositions de scénographies…que nous ne préciserons pas ici. Le monde de l’imaginaire étant si complexe…

(1) : Parthenay accueille chaque année le F.L.I.P (festival ludique international de Parthenay).